Entretien avec le chef de la conception de Blickle Räder & Rollen

La sécurité avant tout – une sécurité au travail accrue avec les roues et roulettes Blickle

Entretien dans le magazine spécialisé « we innovate » · Rolf Hölle, directeur du département « Développement et conception » chez Blickle

Quelle place occupe le département « Conception » au sein de Blickle ?
En tant qu’ingénieurs, nous avons un rôle prépondérant dans le processus de création des produits. Nous ne sommes pas seulement responsables du développement technique, nous nous chargeons également de la gestion des coûts inhérents à la fabrication économique des produits. Parmi nos tâches principales, vous avez d’une part le développement et la conception des nouveaux produits et, d’autre part, l’optimisation des produits déjà existants.

« Chaque secteur industriel a ses particularités et exigences propres. Dans l’intralogistique, on met de plus en plus l’accent sur l’ergonomie. »

Notre département « Conception » compte au total pas moins de 50 salariés répartis dans sept secteurs, selon la spécialité. Chaque secteur spécialisé dispose de l’équipement de production adapté pour concevoir les produits. Chez Blickle, nous misons énormément sur notre savoir-faire interne pour la conception traditionnelle de roues et roulettes. En revanche, pour les nouvelles technologies, nous faisons appel à des instituts et fournisseurs externes qui nous font bénéficier de leurs compétences professionnelles lors de la phase de développement.

Y a-t-il des exigences particulières concernant les roues utilisées dans l’intralogistique ?
Rolf HölleChaque secteur industriel a ses particularités et exigences propres. Dans l’intralogistique, on met de plus en plus l’accent sur l’ergonomie. Bien souvent, il s’agit d’associer l’actionnement manuel des unités logistiques et le mode utilisation tractée sur des distances relativement longues, ce qui implique des exigences dynamiques élevées. Notre mission est d’allier les deux et de concevoir le mécanisme d’actionnement de façon à ce qu’il soit le plus ergonomique possible pour l’opérateur. Naturellement, cette branche comporte d’autres défis tels que les petites hauteurs de construction pour des vitesses et capacités de charge élevées. En outre, une grande fiabilité est exigée pour les roues et roulettes. Dans le secteur de l’intralogistique, les unités logistiques sont souvent utilisées selon un fonctionnement en trois-huit. Dans ces conditions, les roues doivent pouvoir fonctionner entre cinq et sept ans sans entretien.

Quelles sont notamment les actions qu’entreprend Blickle en matière de sécurité ? Comment faites-vous pour garantir la fiabilité et la sécurité des produits Blickle dès la phase de conception ?
En termes de sécurité, l’exigence standard repose sur les normes pour roues et roulettes qui sont développées au sein de comités de normalisation compétents auxquels Blickle participe activement. Il arrive de plus en plus souvent que nous ne proposions pas seulement un produit, mais que les clients souhaitent également prendre part à la phase de développement. Dans cette collaboration, nous apportons nos compétences issues de domaines spécialisés et nous prenons la responsabilité du projet. Afin que la question de la sécurité soit au centre des préoccupations dès le départ, nous faisons par exemple appel à des développeurs automobiles très tôt dans le processus de développement. Nous ne sommes pas seulement responsables du développement des roues, mais aussi du châssis complet. Nous avons la réputation d’être très compétents et fiables, car nous pouvons justifier de plusieurs années d’expertise. Forts de cette expérience, nous pouvons concevoir les différents composants du châssis de manière à ce que celui-ci, une fois intégré à l’application finie, fonctionne en toute sécurité. Comme nous maîtrisons parfaitement, au sein du département « Conception », toutes les interactions inhérentes au développement et à la fabrication de produits, nous sommes en mesure de contribuer activement au débat sur la sécurité et de l’orienter.

En comparaison avec les produits de série, où réside la différence lors de la conception de solutions spéciales ?
Nous recevons à peu près 1 500 contrats de développement par an, et cela va de la petite conception d’ajustement aux innovations intégrales. Contrairement au développement en interne, les solutions spéciales sont axées sur la clientèle, cela veut dire que le client formule l’exigence demandée sous la forme d’un cahier des charges. Et c’est sur cette base que nous concevons une solution pour le client. Cette solution est ensuite vérifiée par le client, puis, le plus souvent, testée directement à l’aide de modèles. De façon générale, Blickle fait partie intégrante de la chaîne de développement du client. En revanche, les produits de série se basent sur les exigences de différents segments de marché. À partir de là, nous élaborons un nouveau produit en collaboration avec notre département de gestion des produits. Nous définissons ensuite le design, une opération qui nécessite de collaborer avec un designer externe, notamment pour les roulettes en matière synthétique et les roulettes design. Le prototype obtenu est alors perfectionné lors d’un processus de validation par le département de gestion des produits, le département des ventes et la direction, pour ensuite être entièrement validé.

Comment voyez-vous l’avenir pour le département « Conception » ? Quelles seront les priorités, comparées à aujourd’hui ?
Depuis quelques années déjà, on dénote une tendance à la simulation. Le processus classique de conception, la construction de modèles, dont la modification et la validation, est une procédure coûteuse en temps et en argent. Les simulations ne sont alors plus utilisées uniquement pour calculer la résistance, mais également pour répondre à des questions de design, car les imprimantes 3D permettent de représenter rapidement et de manière sûre bon nombre de défis optiques. Grâce à la combinaison de simulations des processus de fabrication, nous pouvons prédéterminer et calculer de manière relativement sûre le comportement des produits. Il nous est alors possible d’accélérer l’intégralité du processus de développement et de satisfaire pleinement aux exigences du client. Il s’avère que les exigences en termes de performances des produits ne cessent de croître.

« Forts de notre expérience, nous pouvons concevoir les différents composants d’un châssis de manière à ce que celui-ci, une fois intégré à l’application finie, fonctionne en toute sécurité. Comme nous maîtrisons parfaitement, au sein du département « Conception », toutes les interactions inhérentes au développement et à la fabrication de produits, nous sommes en mesure de contribuer activement au débat sur la sécurité et de l’orienter. »

Dans le secteur des engins de manutention par exemple, les entraînements se doivent d’être toujours plus puissants. Ce genre de contraintes soumet nos roues et roulettes à des exigences plus strictes en termes de vitesse, de traction et de capacité de charge. En outre, l’ergonomie occupe toujours une place centrale et la demande de châssis présentant une résistance au roulage optimisée augmente. Les solutions d’entraînement intelligentes sont une autre tendance. Les entraînements électriques sont supposés fournir une assistance partout où la force humaine ne suffit plus.

Quel a été le défi le plus passionnant pour vous ?
Je suis toujours fasciné par la multitude de domaines d’application. Nous sommes représentés dans des secteurs dans lesquels, à première vue, personne n’aurait pensé à faire appel à Blickle. Des couvoirs avec un environnement similaire à un laboratoire et des exigences les plus strictes en termes de propreté et de pureté des installations aux robots d’entrepôt nécessitant des performances maximales, en passant par les châssis pour les systèmes de traite. De mémoire, je dirais que le défi qui m’a le plus marqué reste bien évidemment la simulation et la réalisation d’un châssis d’une capacité de charge de plusieurs centaines de tonnes pour l’industrie éolienne.